L’octroi d’un crédit immobilier est soumis à la souscription par le demandeur du prêt d’une assurance emprunteur. Celle-ci est censée se substituer à lui en cas de difficultés à rembourser le prêt, suite à un accident de la vie. Hormis l’offre d’assurance de l’établissement de crédit, l’emprunteur a le choix parmi une multitude d’autres offres. Cela créé souvent des difficultés à trouver la bonne assurance. Si vous êtes dans cette situation, voici comment choisir votre assurance emprunteur.

Quelles garanties pour assurer son prêt immobilier ?

L’emprunteur a le choix d’accepter ou de refuser l’offre d’assurance de son établissement de crédit. S’il choisit un autre assureur, il devra s’assurer que celui-ci propose des garanties équivalentes à celles de l’établissement prêteur. De façon générale, voici les garanties proposées dans le cadre d’une assurance de prêt immobilier.

  • La garantie décès

Elle est mise en œuvre en cas de décès de l’emprunteur et prend en charge le remboursement de la totalité du crédit restant dû.

  • La garantie perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA)

Cette garantie intervient dans l’éventualité d’un accident entrainant une invalidité totale et définitive du débiteur avant l’âge de 67 ans ; celui-ci se retrouvant dans l’incapacité de travailler et nécessitant une assistance pour accomplir les gestes courants de la vie. Dans ce cas, l’assurance prend en charge le remboursement de la totalité du montant emprunté.

  • La garantie invalidité permanente totale (IPT)

Ici, l’assuré se retrouvant en situation d’invalidité permanente supérieure ou égale à 66 %, l’assurance prend en charge le remboursement jusqu’à son rétablissement ou une fois qu’il aura atteint l’âge de départ à la retraite.

  • La garantie invalidité permanente partielle (IPP)

Elle s’applique dans les mêmes conditions que la précédente sauf que le taux d’invalidité ici est de 33 %.

  • La garantie invalidité temporaire totale (ITT)

Avec cette garantie, l’assureur prend à sa charge le remboursement des mensualités pendant la période d’invalidité de l’emprunteur.

  • La garantie perte d’emploi

Comme son nom l’indique, cette garantie prend effet dans l’éventualité où l’emprunteur se retrouve en situation de chômage. L’assurance prend en charge une partie des remboursements à condition que le souscripteur, employé en CDI au moment de la signature du contrat, ait été licencié pour un motif qui ne lui est pas imputable.

Il est important de considérer que selon les contrats, les garanties peuvent varier en fonction des circonstances liées au décès ou à l’incapacité. Par ailleurs, certains assureurs arrêtent leur couverture décès une fois qu'un certain âge est atteint. Autant d’éléments à prendre en considération avant de faire son choix.

Attention aux exclusions de garanties

Il est courant que les assureurs assortissent leurs couvertures de clauses d’exclusion de garanties. Ces clauses permettent à l’assurance de se dégager de sa responsabilité à certaines conditions, notamment lorsqu’il est établi que l’évènement à l’origine de l’incapacité de rembourser le crédit est le fait de l’emprunteur. Au titre des exclusions de garantie, on peut citer les éléments suivants :

  • le suicide ;
  • l’accident consécutif à la pratique d’un sport dangereux ;
  • la démission de son emploi ou le licenciement pour faute ;
  • une agression, etc.

La compagnie d’assurance est tenue de fournir, dans sa notice précontractuelle, tous les évènements entrant dans l’exclusion de garantie.

Vérifier les délais de carence et de franchise

Dans la majorité des cas, les contrats d’assurance emprunteur comportent également des délais de carence et de franchise qui sont variables selon la compagnie et l’offre d’assurance.

  • Le délai de carence

C’est la période qui s’écoule entre le moment où le souscripteur paie ses primes mensuelles, mais n’est pas couvert en cas de survenance du sinistre. Il court à partir de l’entrée en vigueur du contrat sur une durée variant entre 1 et 12 mois en fonction de l’offre et de l’assureur. Inutile de préciser qu’il faudrait privilégier des offres avec un délai de carence raccourci.

  • Le délai de franchise

Grâce à ce délai, l’assurance de l’emprunteur diffère le début de la prise en charge du remboursement du crédit immobilier en cas de survenance d’un sinistre. Ce délai qui démarre à partir de la déclaration du sinistre varie entre 15 et 180 jours. En dehors de la volonté de l’assureur et de la caractéristique de l’offre, le délai de franchise est aussi fonction des garanties (ITT, IPT) mises en œuvre. Il est donc nécessaire de vérifier ces mentions dans le détail avant d’arrêter son choix.

Le cout des mensualités est secondaire lorsque l’on recherche une assurance pour son crédit immobilier. Le plus important est de solliciter plusieurs prestataires et, en étudiant attentivement leurs fiches standardisées d’information, retenir celui qui fait l’offre la plus adaptée à son profil. Dans le cadre de cette démarche, il est possible de se servir d’outils de comparaisons en ligne ou de faire appel à des courtiers spécialisés.