L’installation d’une nouvelle salle de bains, avec toilettes, lavabo et baignoire, est un travail de bricolage difficile. Vous devrez connaître tout ce qu’il y a à savoir sur les systèmes et les pratiques de plomberie. L’élaboration d’une stratégie solide et la collaboration avec un assistant compétent peuvent vous aider à vous assurer que tout est fait correctement.

Vous trouverez ci-dessous une liste de toutes les tâches distinctes qui sont nécessaires dans une installation typique de plomberie sanitaire. Vous aurez ainsi une bonne idée de ce que vous pouvez faire vous-même et des cas où vous aurez besoin d’aide.

Quelle est la définition de la plomberie sanitaire ?

Toute opération impliquant l’installation ou l’enlèvement d’un tuyau, d’un accessoire de plomberie ou d’un appareil, y compris un siphon, un tuyau d’évacuation ou de sol, un tuyau de ventilation ou un tuyau de trop-plein, et tout tuyau qui fournit ou est destiné à fournir de l’eau, est appelée plomberie sanitaire.
tous les aménagements de plomberie sanitaire doivent respecter le règlement sanitaire départemental et dans le cas où un permis de construction est exigé, les travaux doivent être contrôlés par un inspecteur dans le domaine. L’inspecteur en bâtiment doit approuver les travaux avant qu’un certificat de conformité au code puisse être délivré.
Un plombier certifié doit impérativement superviser le travail accompli par les plombiers de métier, les compagnons plombiers, les plombiers stagiaires et les personnes exemptées. L’installation d’équipements tels que le lave-vaisselle et le lave-linge, ainsi que le remplacement ou la réparation de robinets, de robinets à boisseau sphérique et de bouchons, ne font pas partie de la plomberie sanitaire.

Composants du système de plomberie sanitaire

Les fonctions de base d’une installation de plomberie sanitaire sont les suivantes :

  • fournir un approvisionnement suffisant et sûr en eau chaude et froide aux occupants d’un foyer ;
  • évacuer toutes les eaux usées et les eaux d’égout provenant des appareils sanitaires vers un égout public ou un système d’évacuation privé.

Par conséquent, il est essentiel que l’inspecteur des habitations connaisse parfaitement tous les aspects de ces systèmes afin d’identifier les déficiences de la plomberie et autres violations du code.

Service d’eau dans un système de plomberie sanitaire

Le tuyau d’une ligne de service résidentielle doit être aussi court que possible. Il faut éviter autant que possible les coudes et les courbes, car ils diminuent la pression de l’eau et, par conséquent, l‘acheminement de l’eau vers les appareils ménagers. Il est également conseillé d’éviter que la ligne de service de la maison ne gèle. Pour éviter le gel, la ligne doit être enterrée à une profondeur de 1,20 mètre dans la terre. Toutefois, la profondeur varie selon l’endroit.
On peut utiliser du plastique, du cuivre, de la fonte, de l’acier ou du fer forgé approuvés pour l’installation d’un système de plomberie sanitaire. Les raccords de tuyaux doivent être compatibles avec le type de tuyau.

Conduites principales d’eau chaude et froide

Les conduites principales d’eau chaude et d’eau froide sont normalement suspendues au plafond du sous-sol ou du vide sanitaire de la maison et sont reliées au compteur d’eau et au réservoir d’eau chaude d’un côté et aux colonnes montantes d’alimentation des appareils sanitaires de l’autre.

Il faut utiliser des supports de tuyaux ou des sangles suffisamment solides et en quantité suffisante pour soutenir ces tuyaux et les empêcher de s’affaisser. Le saturnisme est un problème dans les vieilles maisons dont les tuyaux en cuivre ont été soudés, surtout pour les jeunes.
À moins que la conduite d’eau chaude ne soit isolée, les conduites d’eau chaude et d’eau froide doivent être séparées d’environ 15 cm. Cela empêche la conduite d’eau froide d’absorber la chaleur de la conduite d’eau chaude.