Autrefois très courantes dans les zones de campagne, les chambres d’hôtes deviennent de plus en plus visibles dans les milieux urbains. En effet, cet investissement locatif intéresse entre autres les propriétaires d’habitation par son aspect rémunérateur. Ainsi, l’hébergement d’hôtes à la nuitée est devenu actuellement un mode de location adopté par plusieurs personnes en France. Valorisation de patrimoine, revenus complémentaires, avantages fiscaux sont quelques-uns des bénéfices qu’il est possible d’en retirer.

La valorisation de votre bien immobilier

Selon les professionnels de l’immobilier, transformer une maison et l’aménager de manière à héberger des hôtes de passage constitue une solution pour la mettre en valeur. Parmi les propriétaires qui choisissent souvent cette option, deux profils sont très récurrents.

Les parents ne disposant plus de personnes à charge et se retrouvant avec plusieurs pièces inoccupées dans leur logis sont concernés par cette approche. Il en est de même pour les propriétaires d’une habitation secondaire et désireuses de la valoriser en accueillant des hôtes. Ils ont ainsi la possibilité de la garder continuellement habitée et d’amoindrir les dépenses liées à son entretien.

Dans l’une ou l’autre de ces situations, il s’agit généralement de particuliers et de futurs retraités. Investir dans l’aménagement de chambres pour visiteurs apparaît pour eux comme un bon moyen d’anticiper sur les besoins financiers futurs. En effet, compte tenu de la réduction des revenus mensuels au moment de la retraite, ce choix peut s’avérer judicieux pour avoir des ressources supplémentaires.

Outre cette catégorie de propriétaires, on retrouve également des promoteurs plus jeunes. Ce sont par exemple les personnes en situation de reconversion professionnelle après un licenciement. La chambre d’hôtes se révèle alors une opportunité pour investir dans l’achat d’un bien immobilier afin d’en faire une activité professionnelle principale.

Dans ce contexte, cette mise en valeur immobilière sert de support au développement de prestations d’hébergements touristiques. La réglementation les autorise alors à installer au plus cinq chambres pour une limite de quinze locataires. La plupart du temps, des services de restauration viennent en appui pour accroître le niveau de rentabilité.

Un niveau de rentabilité avantageux

Le niveau de rentabilité des chambres d’hôtes dépend généralement de la localisation géographique de celles-ci. En effet, certaines zones possèdent un meilleur potentiel attractif pour la promotion d’hébergements à la nuitée des visiteurs. On peut citer les agglomérations disposant de sites touristiques culturels ou historiques.

En période de vacances estivales ou hivernales, les taux d’occupation peuvent monter jusqu’à 100 %. Cette offre intéresse la plus grande partie des touristes. Elle s’adresse en l’occurrence à ceux qui sont désireux de louer un local meublé à un prix abordable plutôt que de se rendre dans un hôtel.

Les professionnels du secteur établissent à 30 % en moyenne le taux de remplissage observé pour ce type de location. Ce ratio équivaut à environ 110 jours par an. La localisation influence un second paramètre important qui est le prix. La moyenne constatée au niveau du prix concernant une nuitée avec option de petit-déjeuner pour deux clients de chambre d’hôte oscille autour de 85 euros.

Sur cette base, une habitation équipée de trois chambres d’hôtes est susceptible de générer par exemple un chiffre d’affaires estimé à 30 000 euros l’an.

De nombreux bénéfices potentiels

Le bénéfice ici correspond au profit qui revient au propriétaire immobilier après déduction de l’ensemble de ses charges locatives. Au rang de celles-ci, on peut mentionner les coûts supportés pour la réalisation des services de blanchisserie, de nettoyage et de ménage. À ceux-ci s’ajoutent les coûts liés à l’eau et à l’électricité.

Les spécialistes de l’investissement locatif chiffrent à 11 euros environ l’ensemble des frais de fonctionnement inhérents à une seule pièce d’hébergement d’hôte. Cette estimation n’intègre cependant pas le service de petit-déjeuner. Sur l’hypothèse de 110 jours d’occupation annuelle, le bénéfice net apporté par une chambre d’hébergement peut s’élever à 2000 euros par mois.

Toutefois, il ne s’agit dans ce cas que des propriétaires ayant utilisé leur propre bien immobilier pour offrir des prestations d’accueil. Les promoteurs qui ont fait le choix de contracter un emprunt pour se lancer dans cette activité locative devront de leur côté honorer les remboursements bancaires qui en découlent.

Une fiscalité intéressante et un mode de paiement simplifié

L’administration fiscale offre un avantage intéressant à tous les propriétaires de maisons abritant des chambres d’hôtes dont les revenus annuels sont en deçà de 81 500 euros. Ceux-ci sont assujettis à un régime dit « microBic ». Il leur donne droit à un abattement forfaitaire équivalent à 71 % des montants déclarés au fisc. De plus, seuls 29 % des revenus font l’objet d’une imposition annuelle.

Certaines plateformes d’annonces immobilières offrent leurs services en ligne pour faire connaître les chambres d’hôtes disponibles dans une zone donnée. Moyennant une commission, elles permettent aux promoteurs de remplir leurs chambres et de se faire payer à l’avance.

En définitive, investir dans des chambres d’hôtes permet de s’assurer une source supplémentaire de revenu tout en bénéficiant d’une fiscalité intéressante. Assurez-vous néanmoins de faire les bons choix pour rentabiliser votre investissement.